Bienvenue

Bienvenue

Rencontre avec Danouska

http://iflecollectif.blogspot.com/2016/11/rencontre-avec-danouska.html

A l'occasion d'une exposition proposant une rétrospective de son travail de peintre, Danouska nous accueille dans sa petite maison-atelier de campagne.
 


 
 
Bonjour Danouska. Votre exposition est une rétrospective de votre parcours de peintre, commencé en 1973 en Afrique. Quelle fut l'étincelle première, vos premières inspirations dans votre travail ?

La beauté des femmes africaines, leur grâce, leur lignes, leurs élégances. Leurs majestés.

Combien de temps s'est écoulé entre vos peintures africaines et celles bretonnes ?

Une vingtaine d'années.

D'Afrique en Bretagne, les sujets changent, ainsi que les couleurs, les lumières. Des portraits de femmes africaines aux teintes franches et ocrées, nous passons aux tons plus nuancés des bords de mer, le paysage est pour la première fois abordé. La perspective également s'immisce. En regardant ces paysage bretons, il me semble que vous continuez d'apprendre, de vous chercher...
 
Vous avez raison. Je découvrais la peinture « sur le vif », en prenant des cours avec André Mack, un peintre dinannais, formidable coloriste, et bien que j'appréciais beaucoup cette façon de peindre, je ne me sentais pas encore entièrement en accord avec moi-même.
 
 
Vos dernières œuvres me donne l'impression que vous l'êtes à présent.
 
C'est vrai. Et je suis heureuse si cela transparaît.
 
 

Ces dernières peintures sont des batiks sur soie. Pouvez-vous nous parlez quelques peu de cette technique ?
 

Le Batik est originaire de Bali. Batik signifie « ce qui se dessine, s'écrit, et se peint ». Les plus vieux batiks datent de l'ancienne Égypte, peints sur du lin, et montrent des représentations de scènes bibliques. La technique du batik est simple : on utilise de la cire, ou tout autre matière capable de faire écran, empêchant le passage de la peinture. On obtient après la passage de la peinture « un craquelé », caractéristique première de cette technique.
 



Je retrouve l'ensemble de vos sujets passés comme transformés sur soie. L'Afrique, quelques paysages, des œuvres plus abstraites. Il me semble que vous ayez trouvé là votre médium.
 
Je me sens en symbiose avec la soie, entière. La soie est à la fois noble et  raffinée, douce au toucher tout en restant indomptable. Je reste souvent surprise moi-même du résultat, et je m'y épanouie.
 
Des peintres vous accompagnent-ils dans votre travail ?
 
J'aime beaucoup Van Gogh, mais plus encore Gauguin.
 
Vous sentez-vous appartenir à une famille picturale en particulier ?
 
Je me définis comme une artiste de l'art brut.
 
Pouvez-vous précisez ?
 
Je peins une peinture émotive, instinctive, souvent improvisée, se construisant au fur et à mesure. Je ne suis pas une cérébrale. Je veux partager le plus directement possible la flamme intérieure avec le spectateur. Si le feu s'allume, je suis heureuse. L'art brut est ainsi, véhiculant plus d'émotions que d'idées. Le sentiment est premier, la réflexion seconde. C'est ainsi dans nos vies, et je ne veux pas inverser les rôles en art.
 
Quel regard portez-vous sur l'évolution de votre travail ?
 
C'est difficile de juger pour soi. Mais je crois que c'est un cheminement, et qu'aujourd'hui, tout trouve sa place.
 
Si vous aviez un conseil à donner à un(e) jeune peintre ?
 
Je pense avant tout s'imprégner et se documenter sur les peintures de nos anciens maîtres sources d'enseignement, ainsi qu'observer la nature, ses coloris tout en harmonie, vraiment je pense que c'est là en premier le conseil que je donnerais, notre terre mère n'a jamais fait de fautes de goût et nous offre au quotidien un ballet incessant de formes, coloris , apprenons à observer !
 
Vous  pensez enseigner à votre tour ?
 
Oui, j'aimerais. Je pense donner des cours très bientôt au sein d'Yvignac Expo, à  partir du mois d'avril une fois par semaine pendant trois semaines, du mois d'avril au mois d’août  car c'est important pour moi de transmettre un savoir faire et de véhiculer cet art merveilleux qu'est le Batik.
 
D'où provient votre nom d'artiste, Danouska ?
 
Mon nom d'artiste évoque mes origines slaves, polonaises pour être plus exacte.


 
Une femme d'origine polonaise revenant d'Afrique, résidant en Bretagne, ce n'est plus une rétrospective, c'est un  voyage...

Boutique en ligne

Au p'tit bout'soie (danouska little market)

danouskabatik.blogspot.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La parole est à vous.